Translate

mercredi 2 octobre 2019

Le problème de l'eau contaminé ne progresse pas

Pas d’avancée concernant l’eau contaminée contenue dans les cuves

et le site se remplit de cuves
 
La Corée du Sud, en conflit avec le Japon sur de nombreux dossiers, ne veut pas que l’eau contenue dans les cuves à Fukushima soit déversée dans la mer. Le 5 septembre dernier, elle a porté le dossier devant l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), basée à Vienne en Autriche. Les deux pays s’opposent aussi sur les restrictions à l’importation en Corée de produits agroalimentaires japonais.
Pour la Corée, en cas de rejet dans l’océan, ce ne sera plus un problème domestique, mais un problème global. Elle a exhorté le Japon à trouver d’autres solutions. Le Japon a répondu que la décision de rejeter l’eau contaminée dans l’océan n’a pas été prise (ce qui est hypocrite, car c’est la solution qui a les faveurs des autorités et de TEPCo) et qu’il était transparent.

Lire l'article complet sur le site de l'ACRO
 


mardi 17 septembre 2019

Toujours pas d'information sur les intentions de rejet d'eau contaminée dans le Pacifique

Malgré les relances du gouvernement coréen, le Japon ne dévoile rien sur son intention de rejet massif d'eau contaminée dans le Pacifique, même si tous les pays riverains en subissent les conséquences.


Kyodo News via AP

 Il faut bien constater que nous avons de moins en moins de nouvelles, il faut vraiment fouiller.
En ce mois de septembre, cela fait un an exactement qu'un ouvrier japonnais travaillant à Fukushima est décédé sous l'effet de la radioactivité, cancer du poumon reconnu par le gouvernement. Lire l'article complet

mercredi 10 juillet 2019

Poursuite des travaux de retrait du combustible de la piscine du N°3

Ce transfert va prendre beaucoup de temps car le bâtiment réacteur 3 est encore fortement radioactif et tout se fait à distance avec des grues radiocommandées. 



 Or ces manipulations nécessitent une très grande attention car tout se joue au millimètre ; il faut éviter tout choc ou précipitation. Voici une série de captures d’écran tirées d’une vidéo de Tepco montrant les différentes phases.

Lire l'article complet sur Fukushima-blog

 

mercredi 12 juin 2019

Le transfert du combustible du réacteur 3 a commencé

Quand le bâtiment réacteur n°3 de Fukushima Daiichi a explosé le 14 mars 2011, il y avait 566 assemblages dans la piscine de refroidissement : 514 de combustible usé et 52 de combustible neuf. Depuis, ces 100 tonnes de combustible sont restées une menace dans un bâtiment déstructuré, malgré l’habillage récent, sans enceinte de confinement. Avec quelques années de retard par rapport aux prévisions, Tepco vient de commencer à retirer ces assemblages pour les transférer dans la piscine commune du site.

Les travaux ont commencé le 29 mai 2019

 Or, malgré tous ses efforts de communication, Tepco n’a jamais expliqué la succession d’explosions qui ont eu lieu en 2011 dans ce bâtiment réacteur n°3 en provoquant l’émoi du monde entier. L’opérateur n’a pas plus montré l’état des combustibles de la piscine de refroidissement, sinon par de rares photos prises à quelques endroits de la piscine. C’est pourquoi il est intéressant de suivre l’évolution de ce transfert d’assemblages, opération qui est programmée pour durer deux ans. 

Lire l'article complet et voir toutes les photos sur le blog de Fukushima


dimanche 28 avril 2019

Début du retrait des combustibles de la piscine du réacteur n°3 de Fukushima daiichi

Avec plus de quatre ans de retard par rapport aux plans initiaux, TEPCo a commencé le retrait des combustibles de la piscine du réacteur n°3. Elle contient 566 assemblages, dont 514 usés et 52 neufs, et les opérations devraient durer deux ans.



Réacteur 3
 
Une des causes du retard est liée à la grue de manutention commandée aux Etats-Unis. Il y a eu un problème avec la différence de voltage entre les deux pays… C’est ballot pour une compagnie d’électricité !
Parmi les 4 réacteurs accidentés, seule la piscine de la tranche n°4 a été vidée pour le moment. Pour les réacteurs où il y a eu fusion du cœur, les opérations doivent être téléguidées et observées par des caméras, car le débit de dose y est trop élevé pour des humains.
La compagnie a mis en ligne une vidéo de présentation des installations pour l’occasion.
 A la fin de la vidéo, on voit la manipulation d’un assemblage, depuis la piscine jusqu’au conteneur de transport qui peut accueillir 7 assemblages. Une opération prend une heure. Une fois plein, le conteneur est descendu au niveau du sol par une grue pour un transport vers la piscine centralisée du site où il y a moins de risque de rupture en cas de nouveau séisme de forte amplitude.

Lire la suite de l'article sur le site de l'ACRO

mercredi 10 avril 2019

Aucune d'informations nouvelles

Ce n'est pas normal, on ne peut pas s'habituer à une telle catastrophe, il n'y a pas de routine. 

Ci-dessous, une photo de l'exploration du réacteur 2, elle a été prise par un robot, il y a un an (avril 2018).


 Mais l'approche des réacteurs par des hommes est totalement impossible, les doses sont trop importantes, alors tout le monde fait le silence en espérant que l'on va oublier.
Le gouvernement japonnais fait toujours la pression sur les familles évacuées pour qu'elles retournent vivre dans la zone contaminée, alors que le nettoyage est loin d'être terminé. Il devrait tout simplement montrer l'exemple en se déplaçant  dans la préfecture de Fukushima.
Mais avez-vous déjà rencontrer des politiques, se mouiller à ce point ?


samedi 16 mars 2019

Les chiffres clés pour l'anniversaire de la catastrophe, il y a huit ans

Les chiffres complets sont à découvrir sur le site de l'ACRO, mais en voici un petit résumé sur l'état des réacteurs.

La compagnie a ouvert un musée à Tomioka, mais n’a pas amélioré la qualité des informations publiées.


Le point sur les réacteurs :

Réacteurs 5 et 6

Les réacteurs 5 et 6 (en hauteur) étaient partiellement déchargés le 11 mars 2011 et un générateur diesel de secours était encore fonctionnel, ce qui a permis d’éviter la fusion des cœurs. Ces réacteurs sont maintenant entièrement déchargés et vont être démantelés.

Réacteur n°4

La cuve était vide le 11 mars 2011 et il n’y a pas eu de fusion du cœur, mais une explosion hydrogène a détruit le bâtiment réacteur. Depuis décembre 2014, la piscine de combustible du réacteur a été vidée et les travaux sont arrêtés car il n’est plus menaçant.

Réacteur n°3

Il y a eu une fusion du cœur et une explosion hydrogène a détruit le bâtiment réacteur. Tous les débris de la partie haute ont été retirés à l’aide d’engins télécommandés. Un nouveau bâtiment avec un toit, de forme cylindrique, est terminée. Le retrait des combustibles devait débuter en novembre 2018 pour se terminer en 2019, mais ils ont pris du retard. Puis, les opérations ont une nouvelle fois été repoussées en mars 2019. La compagnie parle d’avril 2019 désormais. Cela fait 4 ans de retard par rapport aux plans initiaux. Il y a 566 assemblages usés dans cette piscine.
Il y aurait entre 188 et 394 tonnes de corium dans ce réacteur, avec une valeur nominale à 364 tonnes pour le réacteur n°3. Ce dernier contient du combustible MOx, à base de plutonium.
 

Réacteur n°2

Il y a eu fusion du cœur, mais le bâtiment réacteur est entier. TEPCo n’a pas commencé à retirer les combustibles usés de la piscine. La compagnie a envoyé plusieurs robots dans l’enceinte de confinement afin de localiser le corium, ce mélange de combustible fondu et de débris.
Plusieurs séries d’images ont été mises en ligne par la compagnie. Les dernières sont ici. Elles ont été traitées de façon à pouvoir, grâce à la réalité virtuelle, se déplacer virtuellement dans cette enceinte et analyser son état. On voit clairement le corium et un élément d’assemblage de combustible tombé au fond de l’enceinte de confinement :

 Il y aurait entre 189 et 390 tonnes de corium dans ce réacteur, avec une valeur nominale à 237 tonnes.

Réacteur n°1

Il y a eu une fusion du cœur et une explosion hydrogène a détruit le bâtiment réacteur. Ce bâtiment avait été recouvert d’une nouvelle structure en 2011, qui a été entièrement démantelée en novembre 2016. TEPCo a commencé à retirer les débris de la partie haute du réacteur, pour, ensuite, reconstruire une nouvelle structure afin de vider la piscine de combustibles. Depuis, la compagnie est peu prolixe sur l’avancement des travaux.
Il y aurait entre 232 et 357 tonnes de corium dans ce réacteur, avec une valeur nominale à 279 tonnes.