Translate

lundi 27 novembre 2017

Le Japon s'apprête à inonder le Pacifique avec 1 million de tonnes d'effluent radioactif

Le Japon s'apprête à inonder le Pacifique avec 1 million de tonnes d'eau contaminée par la centrale de Fukushima.


 Le gouvernement japonais est pressé par des experts de rejeter progressivement de l'eau radioactive dans l'océan Pacifique ... L'eau est stockée sur le site dans environ 900 grands réservoirs complètement remplis et qui pourrait se déverser si une autre catastrophe majeure frappait le site. Le gouvernement a été supplié de donner l'autorisation de relâcher l'eau dans l'océan ... Les pêcheurs locaux sont extrêmement hésitants sur cette solution ... Fumio Haga, un pêcheur, a déclaré: "Les gens fuiraient le poisson de Fukushima dès que l'eau serait libérée".

Actuellement, la quantité d'eau radioactive à Fukushima continue de croître de 150 tonnes par jour.
 Les réacteurs sont irrémédiablement endommagés, et l'eau de refroidissement doit être constamment pompée pour éviter leur surchauffe.
Cette eau capte la radioactivité avant de s'échapper des chambres de confinement endommagées et de se rassembler dans les sous-sols ... «Notre effort de récupération jusqu'à maintenant s'effondrerait immédiatement si l'eau était libérée», a dit Yuichi Manome, fermier d'Iwaki.

4 articles repris par différents journaux depuis hier, vous pouvez les voir en cliquant ici.

samedi 25 novembre 2017

Que deviennent les migrants du nucléaire

L’explosion de la centrale nucléaire de Fukushima 1 le 11 mars 2011 a provoqué une grave contamination radioactive contraignant des dizaines de milliers de personnes à la fuite de leur domicile.



Source : ministère de l’Éducation et de la recherche japonais, septembre 2011.

 Parce qu’il prouve l’impossibilité de la gestion d’un accident nucléaire, le refuge n’est souhaité ni par les autorités nationales ayant opté pour une poursuite du nucléaire, ni par les autorités internationales. Si dans un premier temps, les autorités ont simulé l’aide au refuge, cette aide a été interrompue en avril 2017 simultanément à la réouverture à l’habitat d’une partie de l’ancienne zone d’évacuation afin de contraindre les migrants au retour à la vie dans les territoires contaminés. 

Un très long article, bien documenté, fait le point sur cette catastrophe, à la lumière de l'impact sur les habitants.  Il a été écrit par Cécile Asanuma-Brice, chercheuse en sociologie urbaine, Maison franco-japonaise Tokyo UMIFRE 19-CNRS / Laboratoire CLERSE, Université Lille 1. 
Vous pouvez le lire en entier, en cliquant ici.

dimanche 19 novembre 2017

Le mur de terre gelée autour des 4 centrales est terminé

Le mur de terre gelée est terminé.



Constamment, venant de la montagne voisine,  beaucoup d'eau s'écoule dans le terrain des quatre réacteurs et elle se charge de radioactivité. TEPCO doit pomper et mettre cette eau dans de grandes cuves. Auparavant, sur le terrain de la centrale nucléaire de Fukushima, c'était plein de verdure, mais on y trouve maintenant un millier de grandes cuves à eau. Résoudre ce problème est la chose la plus importante pour TEPCO.

   Pour cette raison, TEPCO a commencé à construire un mur de terre gelée de 1,5 kilomètre de long autour des 4 bâtiments des réacteurs. On a enfoncé 1568 tuyaux dans le sol, jusqu'à 30 mètres de profondeur, et à travers ces tubes, on fait circuler un liquide de refroidissement à -30 degrés, de sorte que le sol autour des tubes gèle et forme un mur. Jusqu'en mars 2016, TEPCO a construit 99% du mur et, le 22 août 2017, l'Autorité de sûreté nucléaire lui a permis de fermer la partie restante de 7 mètres de long.

  Cependant, l'efficacité de ce mur pour diminuer l'eau polluée est bien incertaine. En outre, TEPCO a besoin de 1500 millions de yens [11 millions d’euros] par an pour maintenir le mur en bon état et, de surcroît, les travailleurs devront être fortement exposés à la radioactivité. Beaucoup de gens craignent que TEPCO ne doive dépenser presque perpétuellement une telle somme sans beaucoup d'efficacité et ils lui recommandent d'explorer d'autres méthodes pour l'eau contaminée.


Lire l'article complet sur le blog de Fukushima

vendredi 17 novembre 2017

La radioactivité augmente autour de Tokyo

En fait, il n'y a pas de nouvelle contamination, mais les informations et de nouvelles mesures montrent des augmentations très importantes.

Vous trouverez ci-dessous, les liens vers une présentation de l'expert Gordon Edward, ainsi qu'une publication de l'IRSN qui faisait le point en 2016 sur la contamination de la région de Tokyo (sans en faire la publicité, bien sûr.

L'article complet d'Energy News est ici.

Carte IRSN

            Article de l'IRSN

mercredi 8 novembre 2017

Des stockages "provisoires" de terre contaminée près d'une rivière

Le nouveau site de stockage provisoire désigné pour le stockage à plus long terme de sols contaminés radioactifs près de Fukushima Daiichi a ouvert ses portes. L'effort a été entrepris pour déplacer certaines des caches massives de sol contaminé autour du Japon pour être stockées dans la zone d'évacuation.



Photo via Asahi Shimbun


Nouveau site de stockage provisoire en préparation au 1er plan
 
La zone est déjà contaminée, mais la proximité d'une rivière près d'un stockage me paraît assez aberrent

L'article complet est ici

mardi 17 octobre 2017

Dernières nouvelles du réacteur 3

Tepco a concentré ses efforts sur le réacteur 3. 


Emplacement des commandes des barres de contrôle (source : Tepco)



Voici des liens :

- l'article complet du Blog Fukushima

- Pour voir les trois vidéos de Tepco, c’est ici

- L'analyse des structures sur le site de simplyinfo

dimanche 8 octobre 2017

Quelques photos du réacteur numéro 3

Tepco a publié dans la deuxième quinzaine de septembre des photos de la construction du toit du réacteur 3


Élément du toit 
photo prise le 6 septembre 
 
Elément en cours d'installation

A noter que nous apprenons le résultat des doses cumulées par les travailleurs pour 2016, 2 sous-traitants ont dépassé la dose maximale annuelle de 50msV