Translate

dimanche 19 janvier 2020

Nouveau report du retrait des combustibles des piscines des réacteurs 1 et 2

Le gouvernement a décidé de reporter le retrait des combustibles des piscines des réacteurs 1 et 2. Ce n’est pas le premier report. Selon le précédent planning, les opérations auraient dû commencer en 2023. Ce sera, au mieux, 2027 pour le réacteur n°1, voire 2028, et aux alentours de 2024 et 2026 pour le réacteur n°2. 


 La première date envisagée pour commencer ce retrait était 2018. Le gouvernement espère que le retrait des combustibles des 6 réacteurs sera terminé en mars 2032 (4 741 assemblages).
Les raisons invoquées sont les délais pour construire une nouvelle structure pour le réacteur n°1 et la décontamination afin de faire baisser les niveaux de dose ambiants pour le réacteur n°2.

 

samedi 4 janvier 2020

Enquête dans l’unité 3 de Fukushima Daiichi

La Commission de réglementation nucléaire du Japon, appelée aussi NRA (Nuclear Regulation Authority), avait annoncé en septembre vouloir reprendre les investigations pour comprendre le déroulement de l’accident à la centrale du Fukushima Daiichi. Grâce au journal Mainichi, nous avons un premier retour de ces nouvelles recherches.


au niveau 3 

 Le 26 décembre 2019, ce média a rendu publique une vidéo de l'unité 3 de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi. Celle-ci a été tournée le 12 décembre 2019 lors d’une investigation menée par 6 membres de la NRA à l'intérieur du bâtiment réacteur n° 3. C'est la première fois qu’une vidéo du troisième étage de cette unité est diffusée depuis l'accident. Les traces des explosions violentes qui ont eu lieu le 14 mars 2011 sont visibles partout, et particulièrement au 3ème étage (niveau 3F).

Lire l'article complet ici avec de nombreuses photos

vendredi 27 décembre 2019

On reparle en haut lieu du rejet de l'eau contaminée

Le Japon va-t-il vraiment déverser l'eau radioactive de la centrale nucléaire de Fukushima dans l'océan ? Vrai ou Fausse nouvelle ?

Les réservoirs le 27 juillet 2018

 Le rejet dans l’environnement (mer ou air) de l’eau contaminée de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi est l’unique option restante après que les experts eurent exclu un stockage de longue durée, ont précisé ce mardi 24 décembre à l’AFP les autorités japonaises.
Une piste déjà évoquée il y a quelques mois au plus haut sommet de l’État nippon. Devant des journalistes, mardi 10 septembre, le ministre de l'Environnement japonais, Yoshiaki Harada, a exposé la manière dont le Japon pourrait se débarrasser de l'impresionnante quantité d'eau radioactive, accumulée sur le site de la centrale nucléaire de Fukushima, ravagée par le tsunami de mars 2011. "La seule option sera de la drainer vers la mer et de la diluer", a lâché le ministre. Il a aussitôt ajouté qu'il s'agissait de son "simple avis", mais il a tout de même glissé que "la totalité du gouvernement va en discuter".
 Lire l'article complet ici

 


jeudi 17 octobre 2019

La CONTAMINATION à Fukushima : des RIVIÈRES à la MER

En situation d’urgence nucléaire ou radiologique, comme en phase post-accidentelle, l’IRSN doit être en mesure de prédire le devenir des radionucléides dans l’environnement et d’évaluer leur impact sur l’homme et l’environnement afin d’aider les pouvoirs publics à prendre les décisions appropriées. 

L’accident de la centrale nucléaire de Fukushima Dai-ichi a mis en lumière la nécessité de mieux comprendre, quantifier et prédire la distribution, dans l’espace et dans le temps, des radionucléides rejetés dans l’environnement, notamment au sein des forêts et sur les bassins versants et dans l’environnement marin.

 Carte de la zone contaminée et points de prélèvement de l'IRSN sur les 5 rivières

Ces nouvelles données ont en outre confirmé une relation entre concentration en césium et concentration en matière organique. Dans des conditions de faibles débits, la fraction portée par les particules organiques est plus importante que celle existant sur les particules minérales, ce qui est contraire aux observations faites à Tchernobyl.

Pour lire l'article entier, cliquer ici



mercredi 2 octobre 2019

Le problème de l'eau contaminé ne progresse pas

Pas d’avancée concernant l’eau contaminée contenue dans les cuves

et le site se remplit de cuves
 
La Corée du Sud, en conflit avec le Japon sur de nombreux dossiers, ne veut pas que l’eau contenue dans les cuves à Fukushima soit déversée dans la mer. Le 5 septembre dernier, elle a porté le dossier devant l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), basée à Vienne en Autriche. Les deux pays s’opposent aussi sur les restrictions à l’importation en Corée de produits agroalimentaires japonais.
Pour la Corée, en cas de rejet dans l’océan, ce ne sera plus un problème domestique, mais un problème global. Elle a exhorté le Japon à trouver d’autres solutions. Le Japon a répondu que la décision de rejeter l’eau contaminée dans l’océan n’a pas été prise (ce qui est hypocrite, car c’est la solution qui a les faveurs des autorités et de TEPCo) et qu’il était transparent.

Lire l'article complet sur le site de l'ACRO
 


mardi 17 septembre 2019

Toujours pas d'information sur les intentions de rejet d'eau contaminée dans le Pacifique

Malgré les relances du gouvernement coréen, le Japon ne dévoile rien sur son intention de rejet massif d'eau contaminée dans le Pacifique, même si tous les pays riverains en subissent les conséquences.


Kyodo News via AP

 Il faut bien constater que nous avons de moins en moins de nouvelles, il faut vraiment fouiller.
En ce mois de septembre, cela fait un an exactement qu'un ouvrier japonnais travaillant à Fukushima est décédé sous l'effet de la radioactivité, cancer du poumon reconnu par le gouvernement. Lire l'article complet

mercredi 10 juillet 2019

Poursuite des travaux de retrait du combustible de la piscine du N°3

Ce transfert va prendre beaucoup de temps car le bâtiment réacteur 3 est encore fortement radioactif et tout se fait à distance avec des grues radiocommandées. 



 Or ces manipulations nécessitent une très grande attention car tout se joue au millimètre ; il faut éviter tout choc ou précipitation. Voici une série de captures d’écran tirées d’une vidéo de Tepco montrant les différentes phases.

Lire l'article complet sur Fukushima-blog