Translate

jeudi 7 août 2014

Les records sont fait pour être battus

Record du jour de la contamination radioactive de l’eau souterraine :

Dans l’eau pompée entre les réacteurs 2 et 3, la contamination en tritium est maintenant de 7 500 Bq/l (prélèvement du 30 juillet 2014). C’est le deuxième record de suite. Le précédent était de 2 300 Bq/l fin juin, et le record de césium fin juillet. On peut facilement en déduire que cela ne s'arrange pas du tout. 

 Un mensonge de plus.

D'autant que Tepco reconnait maintenant qu'il ne reste pas beaucoup de combustible au fond du réacteur 3. Sachant que le réacteur 3 fonctionnait avec du combustible MOX, cela signifie que la contamination en alpha des zones contaminées, du à la présence de plutonium est plus forte que ce qui est annoncée par Tepco et le gouvernement japonnais. 
Avant hier, TEPCo a revu le scénario de l’accident pour son réacteur n°3 et pense maintenant que presque tout le combustible a fondu. Il s’est accumulé au fond de l’enceinte de confinement. La compagnie affirmait, jusqu’à maintenant, qu’une partie du combustible était resté dans la cuve.
Par ailleurs, la commission d’enquête gouvernementale avait estimé que les personnes sur place avaient arrêté par erreur un système de refroidissement de secours et que cela avait contribué à l’accident. TEPCo estime désormais que ce système ne fonctionnait déjà plus quand il a été arrêté. La compagnie en déduit que la fusion du cœur a eu lieu 5 heures plus tôt que ce qu’elle avait estimé précédemment. Elle aurait débuté à 5h30 le 13 mars 2011. L’injection d’eau grâce à un camion pompier a débuté à 9h25 ce même jour. L’explosion hydrogène a eu lieu le lendemain, peu après 11h.
Voir le communiqué de TEPCo.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire